Nouvelles règles à Paris pour les trottinettes électriques

Vers un durcissement des règles 

Quelles sont les nouvelles règles à Paris pour les trottinettes électriques et comment ne pas les enfreindre?

Paris a lancé cette semaine une campagne de répression à l’encontre des conducteurs de trottinettes électriques de location, frappant les contrevenants d’amendes allant jusqu’à 135 euros pour avoir roulé sur le trottoir.
Les trottinettes électriques de location ont pris d’assaut la capitale française au cours de l’année écoulée. Elles offrent un moyen de transport respectueux de l’environnement. Malheureusement, elles mettent aussi en colère de nombreux résidents. Ceux-ci s’indignent d’avoir à les éviter en marchant le long du chemin. Ou encore en bloquant le passage lorsqu’ils sont jetés sur le trottoir.

Aujourd’hui, la maire parisienne Anne Hidalgo a lancé une campagne pour empêcher que les trottinettes électriques, gérées par des entreprises telles que Lime and Bird, ne deviennent une nuisance pour les habitants de la ville. De nouvelles règles ont donc été mise en Place à Paris pour les trottinettes électriques !

“Les sentiers pédestres sont réservés aux piétons !” tweete-t-elle.

Les scooters sont désormais limités aux routes et aux pistes cyclables. Toute personne trouvée sur un sentier piétonnier devra payer une amende de 90 €. Celle-ci passera à 135 € si elle n’est pas payée dans un délai de quinze jours.

Les premières amendes de ce genre ont été infligées mardi, lorsque des agents municipaux se sont jetés sur une foule de personnes sur le sentier piétonnier, a rapporté Le Parisien.

Cinq cents places de stationnement dédiées seront créées d’ici cet été tandis que les trottinettes jugées illégales seront récupérées par les employés municipaux. Elles ne seront restituées à l’entreprise qui les possède qu’après avoir payé une amende de 35 € pour chaque machine.

La répression intervient moins d’une semaine après que la mairie de Paris ait annoncé que les entreprises exploitant des vélos et trottinettes électriques dits “flottants” – dont le nombre est estimé à 15 000 dans la ville – devront payer une taxe en fonction de la taille de leur flotte.

Il y a encore de l’incertitude quant au port du casque lors de la conduite d’une trottinette électrique. Les entreprises de location encouragent les coureurs à en porter un. Mais il n’y a actuellement aucune obligation légale de le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *